ports espagne

Marhaba 2022 : un « fiasco » à Sebta

Port de Sebta, Marhaba 2022

Marhaba 2022 : un « fiasco » à Sebta

Depuis le début de ce mois de juillet, des embouteillages monstres sont enregistrés à la frontière de Sebta avec le Maroc. Les autorités de la ville autonome n’arrivent pas à gérer le flux de Marocains d’Europe en transit vers le royaume dans le cadre de l’Opération Marhaba.

Le Comité d’organisation de l’Opération Marhaba en Espagne semble dépassé par la situation qui prévaut à la frontière de Tarajal où des embouteillages monstres de MRE sont notés depuis le début de ce mois de juillet. Dans la zone d’attente de Loma Colmenar, installée près de la frontière, c’est le chaos total. Au cours des deux derniers week-ends, les MRE, dont la majorité ont opté cette année pour la liaison maritime Algésiras-Sebta en raison de son faible coût par rapport à la liaison directe Algésiras-Tanger Med, y passent jusqu’à six heures de temps avant d’accéder au Maroc.

C’est ce qui explique sans doute la difficulté de Sebta à gérer ce flux important de MRE qui a augmenté de 45 % par rapport à 2019, dernière année où s’est déroulée l’Opération Marhaba. Le comité d’organisation semble avoir preuve d’une impréparation totale. Aucun point de vente de boisson ou de nourriture n’a été installé dans la zone d’attente près de la frontière pour permettre aux MRE d’étancher leur soif ou de reprendre des forces. Après les mouvements de protestation des MRE, le comité a dû faire appel à une association qui vient en aide aux plus démunis pour fournir de l’eau et des boissons aux MRE.

De vendredi à samedi, les autorités marocaines ont bloqué l’accès au Maroc aux habitants de Sebta, donnant la priorité aux MRE. Ce qui a poussé les premiers à bloquer vers 1 h du matin l’accès à la frontière en signe de protestation. Ce n’est qu’à 4 h du matin, après le passage du dernier véhicule de MRE, que le Maroc a ouvert les voies d’accès aux habitants de Sebta.

La faute de cette mauvaise organisation de l’Opération Marhaba revient aux autorités locales, croit savoir Ceuta Ahora, dénonçant l’incompétence du président de la ville, Juan Vivas, et son incapacité à résoudre les problèmes qui surviennent. Selon la même source, les autorités de la ville subissent les pressions du Maroc sans rien faire. Cette « tolérance envers le Maroc » et cette tendance des autorités locales à « marocaniser » Sebta au détriment des droits des citoyens de la ville, doit être combattue, estime-t-elle, appelant à chasser l’équipe actuelle par les urnes lors des prochaines élections.

FERRIES MAROC

– 25 % Billet bateau Maroc : Sète Tanger, Sète Nador, Marseille Tanger, Algéciras Tanger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

deux × 2 =